Vélo et trotinette au fond de l'eau

La pêche à l’aimant (magnet fishing) : mi-écologique, mi-destructrice de l’environnement

Parlons d’un loisir relativement nouveau : la pêche à l’aimant, ou magnet fishing.

Non, je ne parle pas des jeux pour enfants de pêche magnétique qui ressemblent à ceci :

Je vous parle d’une pêche à l’aimant dans laquelle on retire vélos, moteurs, cadenas, déchets métalliques… pour dépolluer les lacs et rivières… et éventuellement trouve des trésors (ce qui pose d’autres problèmes, j’y reviens plus tard).

L’activité n’est pas nouvelle : ouvriers et plongeurs récupèrent depuis des décennies les objets tombés grâce à des puissants aimants. Ce qui est nouveau, c’est son engouement grand public, la pêche à l’aimant de loisir, pratiquée par des pêcheurs, des détecteurs de trésors, mais même aussi par les enfants dans certains centres de vacances !

La pêche à l’aimant de loisir, un loisir écolo ?

Lorsque j’ai entendu parler de la pêche à l’aimant pour la première fois, j’ai trouvé ça génial, altruiste, un peu comme ces sorties où chacun vient avec un sac poubelle et enlève les déchets d’un parc ou d’une promenade…

Et quand j’ai vu que certains ressortaient avec de véritables trésors, pièces anciennes, artefacts, ou simplement vestiges industriels chargés d’histoire même s’ils n’ont pas de valeur monétaire… cela a fait briller mes yeux.

Mais j’ai vite déchanté, et aujourd’hui mon sentiment est plutôt mitigé. Je vais vous expliquer pourquoi dans un instant.

Est-ce autorisé ?

Contrairement à la pêche de poissons ou de végétaux, il n’existe aucune licence, aucun permis à posséder pour pratiquer la pêche à l’aimant.

Bien sûr, les pratiquants mettent en avant l’aspect dépolluant de cette activité. Et ils apprécient de conserver en souvenir les diverses trouvailles qu’ils sortent de l’eau : ciseaux, barbelés, hameçons, vélos, pistolets, couteaux, fourchettes, clous, outils, coffre-forts, grenades, motos, moteurs… Est-ce pour autant gagnant-gagnant ?

On ne trouve aucune mention spécifique de pêche magnétique dans les textes de loi, mais le Code du Patrimoine suffit pour nous indiquer l’esprit dans lequel elle doit être pratiquée. Ce texte réglemente notamment la prospection par détecteur de métaux :

Article L542-1 du Code du Patrimoine (reprenant la loi 89-900)
Nul ne peut utiliser du matériel permettant la détection d’objets métalliques, à l’effet de recherches de monuments et d’objets pouvant intéresser la préhistoire, l’histoire, l’art ou l’archéologie, sans avoir, au préalable, obtenu une autorisation administrative délivrée en fonction de la qualification du demandeur ainsi que de la nature et des modalités de la recherche.

À terme, nul doute que la pêche à l’aimant sera probablement fortement réglementée ou interdite. C’est déjà le cas dans certains départements et certains cours d’eau, et elle est dans tous les cas interdite dans les sites archéologiques et les zones de frai (reproduction des poissons).

En effet, si retirer des vélos et des cadenas contribue à l’assainissement des cours d’eau, elle vient avec son lot d’inconvénients qui, bien souvent, compensent ses bienfaits.

La pêche à l’aimant pose un risque pour les écosystèmes

On ne déplace pas impunément des grandes masses sans déranger des écosystèmes. Parfois, la vie sous-marine, tant végétale qu’animale, s’est adaptée à l’objet… et parfois même elle en dépend ! Retirer un objet massif sous prétexte qu’il est en métal n’est pas toujours une bonne idée.

Il faut aussi penser au retrait de l’objet : traîner au fond de l’eau une grande masse, parfois à de nombreuses reprises, c’est potentiellement détruire des micro-écosystèmes…

La pêche à l’aimant pose un risque pour la sécurité

Que faire si vous trouvez des armes, un obus ou des munitions ? Les rejeter à l’eau ? Les garder comme souvenir ? Les déposer dans une poubelle ? Ce sont des objets dangereux qui doivent être traités par des personnes formées et capables de le faire.

Un autre risque est lié à l’aimant lui-même. Les aimants au néodyme sont si puissants qu’ils peuvent modifier l’aimantation des appareils électriques et électroniques, et même de certaines pièces mécaniques. Attention évidemment aux stimulateurs cardiaques (pace-makers).

… et bien sûr au risque de noyade !

La pêche à l’aimant pose un risque pour la justice

Je n’ai pas trouvé de meilleur titre !

L’idée est que toutes les armes ne sont pas des reliques historiques. Un pistolet ou un simple couteau de cuisine peuvent être des preuves pour un crime. Sans aller jusque là, les petits objets peuvent être des possessions appartenant à une personne disparue ou noyée, et apporter des indices pour sa recherche. Bref, ne dérangez pas les preuves ! Appeler la police ou la gendarmerie dès que vous trouvez une arme ou un objet suspect doit être un réflexe.

Regardez cette vidéo qui vous parle spécifiquement du sujet d’un fusil de chasse trouvé dans un canal de la Marne (12 minutes 28).

La pêche à l’aimant pose un risque pour l’archéologie

Eh oui, c’est bien gentil de récupérer des trésors, mais certaines choses nécessites d’être retirées par des professionnels. Et appartiennent à un musée ou à des chercheurs (pour paraphraser Indiana Jones, qui n’est pas le premier à piller des sites). Lors de la découverte d’une pièce historique, le premier réflexe doit être de ne rien toucher, car la disposition des éléments a une importance ! Or, le pêcheur amateur tentera plutôt de parcourir la zone pour voir s’il y a autre chose, et retirer le maximum.

La pêche à l’aimant pollue

Que se passe-t-il si votre corde reste coincée ? Si, pêcheur débutant, vous laissez tomber votre aimant dans l’eau à cause d’un mauvais nœud ? Laisser un aimant super puissant au fond de l’eau n’est pas sans conséquence, de nombreux animaux utilisent le champ magnétique pour s’orienter, vous envoyez des terres rares dans l’eau, etc. Il vous faut alors un deuxième pêcheur pour vous aider…

Enfin, que faites-vous des gros déchets ? Si vous récupérez un moteur de voiture, vous en faites quoi ? Le rejeter n’est pas une solution : vous avez abîmé l’écosystème alentour en le retirant, vous aurez alors fait tout ça pour rien… Une pêche responsable doit être accompagnée d’un voyage à la déchetterie, d’une revente chez un ferrailleur ou d’un recyclage général : donnez les appâts à un pêcheur par exemple.

En bref : autorisation indispensable !

Idéalement, vous devriez planifier une opération dépollution (à la manière des marches pour récupérer des déchets) récupérer des vélos qui traînent dans le fleuve, déclarer en mairie ou obtenir l’accord du propriétaire en cas de lieu privé.

Le matériel

Quel matériel pour la pêche à l’aimant ?

Un aimant

Bien entendu, l’aimant devra être fort (quelle frustration de ne pas pouvoir sortir une grosse pièce et de devoir se contraindre aux cadenas !) et solide (ne pas se briser lors des chocs sur les rochers par exemple).

On n’utilise pas un aimant classique, mais un aimant à base d’une terre rare, le néodyme, allié à du fer et du bore ou du nickel. On obtient alors un aimant beaucoup plus puissant qu’un aimant classique pour un même volume et une même masse.

La force d’adhérence est le critère le plus important. Elle peut aller jusqu’à une tonne ! Mais elle est proportionnelle au poids de l’aimant : il faut pouvoir ressortir l’aimant et sa prise… Pour un usage de loisir, on conseille en général une force proche de 200 kg, correspondant à des aimants pesant 700 g environ.

Attention : la « force » (exprimée en kg, ce n’est pas logique mais c’est comme ça) indiquée ne correspond pas au poids maximal que vous pouvez retirer ! C’est la traction verticale exercée sur une plaque d’acier épaisse de 3 cm. En pratique, la force effective dépendra de l’épaisseur de la pièce à soulever, de la position des matériaux ferreux par rapport au centre de gravité de l’objet, et de la direction de la traction (la force de traction horizontale est environ d’un tiers de la force verticale : le risque de décrochage est plus fort !)

Il existe également des systèmes à double accroche, la seconde permettant d’orienter la prise pour un meilleur retrait ou pour éviter les cordes coincées.

Une corde et son mousqueton

C’est l’élément le plus sensible. Vous pouvez utiliser des cordes d’escalade ou de parachute. En polyester ou en nylon, visez un diamètre d’au moins 10 millimètres, vous pouvez allez jusqu’à 5 centimètres en cohérence avec la puissance de votre aimant et l’environnement dans lequel vous allez pêcher (elle ne doit pas se couper en passant dans les rochers).

Sa longueur idéale dépend de votre usage, mais vous ne ferez pas d’erreur avec une corde plus longue que prévu. 10 mètres est un minimum, 20 mètres est un standard si vous souhaitez lancer loin des berges, mais aussi pour pouvoir tirer à plusieurs.

Le plus simple si vous débutez est d’acheter un de ces kit aimant + corde (+ éventuellement gants).

Des gants de travail / de chantier

Ils seront utiles pour tirer sur la corde sans vous blesser et pour éviter les blessures liées à la manipulation des nombreux objets métalliques plus ou moins tranchants que vous sortirez de l’eau.

Nitras 3520 EN388 Nylotex Lot de 12 paires de gants de travail en...
17 Avis
Nitras 3520 EN388 Nylotex Lot de 12 paires de gants de travail en...
  • Matière: 100% nylon avec revêtement partiel de latex sur la paume et le bout des doigts
  • de façon transparente et parfaitement raccord et donc le plus grand confort de port
  • Certification: EN 388

De quoi nettoyer vos mains

Vous ne voulez pas toucher le volant de votre voiture avec des mains poisseuses… prévoyez un gel hydroalcoolique si vous ne gardez pas vos gants en permanence.

STERIPAN - Steripan Gel Antibactérien Pour Les Mains - Elmine Les...
38 Avis
STERIPAN - Steripan Gel Antibactérien Pour Les Mains - Elmine Les...
  • VOS MAINS PROPRES EN UN SEUL GESTE : le gel antibactérien Steripan conçu à base d'éthanol (76 %) permet de désinfecter vos mains en toutes circonstances.
  • ELIMINE LES BACTÉRIES EN UN TEMPS RECORD : sa formule conforme à la norme EN 1040 a montré un effet bactéricide en seulement 5 minutes.
  • PRATIQUE À EMPORTER PARTOUT : le format hyper pratique du gel mains Steripan, sans rinçage, vous permettra d'assainir vos mains où que vous soyez.

Un couteau

Car vous pourriez avoir à couper votre corde pour la libérer, mais aussi couper des algues ou des filets entortillés…

Yimidon Couteau de Poche Pliant, Couteaux de Survie, Lame Acier...
219 Avis
Yimidon Couteau de Poche Pliant, Couteaux de Survie, Lame Acier...
  • FACILE A OUVRIR & PERMET D'EVITER LES FERMETURES ACCIDENTELLES : La conception spéciale du couteau pliant d'assistance à la lame permet un déploiement rapide à une main et se...
  • FACILE À TRANSPORTER : Clip de poche pour un transport facile et sûr. Fait a base de matériaux de très bonne qualité , ce couteau pliant Yimidon est le cadeau idéal ! Les...
  • SPECIFICATIONS : Longeur générale de 20cm, longeur de la lame de 8.4cm, et son épaisseur est de 2.5mm, longeur refermé de 11.1cm.

Pratiquez la pêche à l’aimant de façon responsable !

J’ai tenu à évoquer le sujet ici car il m’inspire des sentiments mitigés. J’aime l’idée de sortir des déchets des rivières, mais je me rends compte que les risques sont supérieurs aux bénéfices si cette pêche n’est pratiquée de façon raisonnable ou encadrée.

J’espère que la régulation évoluera pour l’encadrer strictement sans toutefois l’interdire. En attendant, ne pratiquez cette pêche que dans des conditions réelles de dépollution. Un éventuel trésor (même symbolique) doit être la cerise sur le gâteau, votre objectif premier doit être la dépollution responsable des cours d’eau.

Comportez-vous comme des gardiens de l’environnement et pas comme des pilleurs. C’est la seule manière de rendre cette pêche durable et d’éviter son interdiction.

Vous aimerez aussi...

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *