Récepteur radio de survie : pourquoi et comment le choisir ?

Écouter la radio quand l’électricité est coupée ou en cas d’urgence

Votre courant a-t-il déjà été coupé ? Je parie que vous êtes allé sur internet avec votre téléphone pour avoir des infos sur ce qui se passe.

Mais que se passe-t-il si votre batterie se vide ?

Pour augmenter votre résilience en cas de catastrophe naturelle (ou humaine, hélas…), les autorités recommandent de vous équiper d’une radio de survie pour continuer de vous tenir informés de la situation ou de la météo. Voici quels récepteurs radio choisir et quelles fréquences cibler dans votre choix parmi les postes radio sans fil et les émetteurs récepteurs du marché.

Les deux modèles les plus populaires

Compte tenu de la situation actuelle, ils peuvent rapidement devenir en rupture de stock.

Pourquoi utiliser un récepteur radio de survie ?

Aujourd’hui, la plupart des gens ont tendance à utiliser leur smartphone pour consulter la météo ou se tenir informés des actualités. Mais imaginez que le réseau électrique tombe en panne… Dans ces cas-là, internet et tous les réseaux mobiles gsm suivront en quelques heures. Ça peut paraître saugrenu et pourtant, ce sont des conditions de survie auxquelles sont exposés les survivants d’une catastrophe naturelle telle qu’une inondation, un ouragan ou un tremblement de terre. Voilà pourquoi le récepteur radio de survie est incontournable pour continuer de se tenir au courant de l’évolution de la situation :

  • annonces des autorités
  • organisation des secours
  • communication avec les autres survivants
  • ou simplement le loisir (écouter de la musique…)

Il en va de même pour les randonneurs ou les campeurs qui ont envie de prendre le grand air pendant plusieurs jours. Là encore, le téléphone ne sera d’aucune utilité puisque la batterie finira par s’épuiser Or, si vous êtes en pleine forêt ou en haute montagne, un petit poste de radio portatif peut vous donner de précieux conseils au niveau des alertes météo.

En plus, et contrairement à une radio classique, ce sont des appareils prévus pour résister à des conditions extrêmes. Grâce à lui, vous pourrez donc parer à toute éventualité, même les plus inattendues. En plus, certains modèles sont également dotés de fonctions utiles avec la possibilité de recharger de petits appareils temporairement comme un appareil photo ou un smartphone, d’utiliser de la musique, une lampe de poche ou une boussole. Vous pouvez aussi avoir besoin du bluetooth pour transférer un MP3 qui vous réconfortera… mais forcément pas besoin de la stéréo 🙂

Quels sont les différents types de radios de survie ?

Pour bien choisir sa radio de survie, le critère essentiel à retenir reste l’autonomie ! À piles, à manivelle, solaire ou à chargement USB avec une batterie externe, voici ce qu’il faut retenir pour son récepteur radio.

Une sélection de postes de radio portables

La radio de survie à piles

Très répandue sur le marché, la radio de survie à piles est un modèle facile à utiliser et qui vous assure d’une autonomie relative, car vous trouverez des piles standard quasiment partout pour vous réapprovisionner. Comme elle est peu gourmande en énergie, vous pourrez l’utiliser pendant des mois. Concernant les critères à retenir, il faudra vous tourner vers un récepteur radio qui accepte les piles standard AA ou AAA (accus Lithium-Ion), que vous pourrez aussi acheter rechargeables pour les brancher sur le secteur dès que possible. Pour les antennes, préférez une antenne télescopique qui limite la casse. Quant aux bandes radio, votre mini-radio devra capter au minimum les bandes FM/MW(AM) avec si possible, les bandes LW/SW pour les stations internationales. 

La radio de survie à manivelle

La radio de survie à manivelle ou à dynamo est pensée pour un usage plus rude. Elle s’adapte donc à tous les environnements, y compris lors de catastrophes naturelles. Au niveau de son autonomie, elle sera d’en moyenne 1 h avec un tour de manivelle pendant une minute. Quant à ses fonctionnalités, elles sont réduites au strict minimum avec un récepteur radio FM/AM analogique qui vous permet de vous tenir informé sur l’essentiel.

La radio de survie solaire

La radio de survie solaire vous propose une autonomie qui dépendra essentiellement du temps d’exposition du panneau solaire. Malheureusement, le temps de charge sera relativement lent contrairement aux autres récepteurs radio. Voilà pourquoi, c’est un modèle souvent accompagné par des piles, une dynamo ou les deux en même temps. Ainsi, et en fonction de l’usage que vous souhaitez en faire, vous ferez varier les sources d’alimentation pour rester en contact avec l’extérieur.

La radio de survie à chargement USB avec une batterie externe

En cas d’utilisation d’urgence, certaines radios de survie sont également équipées d’une batterie externe qui recharge directement le récepteur radio via un câble sur le port USB. Évidemment, c’est une solution très pratique et idéale si vous avez par exemple d’une batterie rechargeable par un panneau solaire USB. En général, le poste radio n’est pas 100% dépendant de l’USB, et est complété par d’autres sources d’alimentation pour un maximum d’autonomie. 

Bien choisir votre radio de survie

Pour bien choisir votre radio de survie, cela dépend donc essentiellement de vos attentes et de son usage. Le système le plus utilisé reste le poste à piles qui capte quasiment toutes les bandes radio pour des mesures d’urgence. Si vous souhaitez écouter la musique ou utiliser une lampe torche, ajoutez une alimentation par panneaux solaires externes afin d’accroître son autonomie. Les randonneurs ou les campeurs se tourneront de préférence vers un poste à manivelle et solaire qui reste plus résistant aux aléas climatiques (boîtier étanche, etc). Enfin, pour prévenir une catastrophe, prévoyez au minimum 3 sources d’alimentation avec une batterie externe en plus. 

Quelles bandes radio faut-il écouter avec son récepteur radio ?

En cas de catastrophe, la radio de survie fait partie des équipements essentiels pour continuer de s’informer sur l’actualité ou sur la météo. Encore faut-il savoir quelles bandes radio écouter…  

Quelle fréquence radiio écouter ? Voici les différentes fréquences à retenir pour anticiper l’urgence.

Tout dépend de la fréquence des ondes radio. En tournant le tuner, vous modifiez la fréquence radio sur laquelle vous écoutez le signal.

Capter la bande FM (VHF II), modulation de fréquence, avec son récepteur radio

La bande FM reste la plus connue puisque c’est elle qui diffuse les stations de radio et les programmes nationaux et régionaux. Au niveau de sa portée, elle est d’environ 100 km et pourra atteindre jusqu’à 200 km sur des terrains plats. Sa fréquence est comprise entre 87,5 et 108 MHz et sa qualité audio reste fiable. En cas d’urgence, déployez l’antenne télescopique de votre récepteur radio sur un terrain plat et dégagé. À l’intérieur, rapprochez-vous d’une fenêtre pour pouvoir la capter.

Capter la bande MW (AM), ondes moyennes, avec son récepteur radio

La bande MW (AM) appartient à la catégorie des ondes moyennes avec une portée maximale sur 400 km le jour et 2000 km la nuit. Le souci, c’est qu’en Europe, la plupart des stations arrêtent la diffusion sur ce canal puisque peu d’auditeurs l’utilisent. Toutefois, et en situation d’urgence, vous pourrez vous y référer pour vous tenir informé sur la situation. Vous n’aurez pas besoin de déployer l’antenne puisque le récepteur radio capte automatiquement sa fréquence comprise entre 530 et 1600 kHz. La bande MW est très mal captée à l’intérieur des bâtiments avec pas mal de parasites.

Capter la bande LW, ongles londes, avec son récepteur radio

La bande LW, ou longues ondes, porte sur 2000 km jour comme nuit, y compris dans des vallées très encaissées. Elle diffuse des programmes nationaux et internationaux entre 150 et 300 kHz. Là encore, c’est une bande radio qui a tendance à être boudée par les stations. Toutefois, en cas de catastrophe naturelle, c’est une référence à connaître pour obtenir un maximum d’informations. Pour la capter avec votre récepteur radio, il faudra déployer l’antenne à l’extérieur pour détecter un signal.

Capter la bande SW, ondes courtes, avec son récepteur radio

Autrement appelée ondes courtes, la bande SW diffuse essentiellement des programmes internationaux sur une fréquence comprise entre 3 et 30 MHz. Son principal point fort, c’est qu’elle parcourt de très longues distances et pourra même atteindre des milliers de kilomètres. En revanche, elle reste sensible aux cycles solaires et pourra même changer de fréquence selon l’heure d’écoute. Pour la capter avec votre récepteur radio, utilisez une antenne avec un long fils ou déployez votre antenne télescopique au maximum. Quant aux heures d’écoute, préférez les fréquences en dessous de 10 MHz avant midi et au-dessus de 10 MHz après midi. 

Capter le mode SSB/BLU avec son récepteur radio

Enfin, et pour se tenir informé de la météo, le mode SSB/BLU est un incontournable. Si vous êtes un randonneur ou un campeur, vérifiez que votre radio de survie dispose de ce mode intégré pour faciliter l’écoute et la transmission. Ainsi, vous pourrez capter tous les signaux de radioamateurs, la radio maritime et l’évolution de la météo en permanence.

Récepteur radio ou récepteur-émetteur-radio ?

En cas de crise, on peut aussi être intéressé par émettre des signaux. Soit pour signaler votre présence, soit pour communiquer avec d’autres personnes en danger pour les rassurer ou leur donner des instructions (et bien sûr, aussi écouter avec le module récepteur).

Vous pouvez donc opter pour un système radio complet, qui fera à la fois récepteur et émetteur radio.

Néanmoins, je vous conseille de séparer les choses : l’émetteur d’une part, le récepteur d’autre part. En effet, émettre la radio demande un équipement plus gourmand en énergie (notamment l’ampli), et en situation de crise, vous pourriez être amené à devoir vous déplacer. Vous devez alors prioriser l’autonomie et acquérir d’abord un récepteur de radio sans-fil simple, en priorité.

Voici une sélection d’émetteurs radio :

Et les talkie-walkie ?

Le talkie walkie est utile dans les situations où vous êtes un groupe séparé, ou pour émettre et recevoir des messages . Néanmoins, il ne répond pas aux enjeux d’autonomie qui sont l’objet de cet article (alimentation USB ou Dynamo ou solaire…).

Pour capter les communications, vous devez à la fois être sur ola même fréquence que vos interlocuteurs, mais aussi sur le même canal. Si vous ne sélectionnez aucun canal, vous recevez toutes les communications de la fréquence « en vrac », comme mélangées. S’il y a beaucoup de monde, cela va être inaudible.

Les fréquences pour les talkies walkies

Un talkie walkie fonctionne sur les, fréquences radio UHF (Ultra High Frenquency) et VHF (Very High Frenquency), correspondant aux intervalles de fréquence compris entre respectivement 400 et 512 MHz et 136 et 174 MHz, le VHF permettant d’atteindre des distances plus longues.

Quand à la CB, la « Citizen Band », une plage de fréquence librement utilisable par les citoyens, notamment radioamateurs elle se situe autouro de 27 Mhz (haute fréquence) aussi appelée bande des 11 mètres.

Sélection de talkies walkies VHF qui se chargent en USB

Ils peuvent se charger en USB donc avec une batterie USB que vous pourrez alimenter par panneau solaire ou dynamo.

À lire aussi :  Bug Out Bag - Kit de survie : comment le préparer ?

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *