Et si vous hébergiez des abeilles solitaires ?

Qui sont les abeilles solitaires ?

Vous ne connaissez-pas les abeilles solitaires ?

Moi non plus… jusqu’à ce que j’ai une abeille faire des aller-retours dans un trou de mur chez moi.

Au début, j’ai eu peur. Je me suis dit « Ouille, elle va rameuter tout un essaim, et j’ai beau aimer les abeilles, je n’ai pas forcément envie de les avoir juste à côté de ma fenêtre… Pour moi et aussi pour elles (risque qu’elles rentrent dans l’appartement et s’enferment à l’intérieur…)

Ce n’est qu’ensuite que j’ai appris à connaître cette abeille. Il s’agissait d’une abeille solitaire. Contrairement aux abeilles sociales, qui vivent en essaim, les abeilles solitaires, ou abeilles sauvages sont… solitaires !

90 % des abeilles sauvages n’ont pas de reine. Elles sont dites solitaires.

Il existe des centaines d’espèces d’abeilles solitaires ! Plus ou moins grandes et velues, de couleurs variées…

Mieux connaître les abeilles sauvages de nos jardins

Voici les principales abeilles solitaires que vous rencontrerez dans votre jardin.

La megachile : abeille tapissière

Megachile est un genre très vaste, qui regroupe le plus grand nombre d’espèce. Elle se distingue par ses fortes mandibules, qui lui permettent de découper des feuilles pour constituer son nid. Son thorax est brun et velu, et sa partie inférieure rayée de noir. Les agriculteurs l’invitent à polliniser les champs de luzerne.

L’Osmie (osmia) : abeille maçonne

L’Osmie est une espèce du genre Megachile. C’est l’une des premières de la saison à apparaître (début mars). Elle pollinisera les premiers arbres fruitiers bien avant que les abeilles sociales ne se réveillent ! On la reconnaît à son corps trapu et velu, roux orangé strié de noir. L’abeille maçonne est-elle dangereuse ? Non, elle ne piquera que si elle est réellement en danger de mort, en dernier recours pour s’échapper d’une situation désespérée… N’oubliez pas que pour les abeilles, piquer équivaut à une mort quasi-certaine dans les heures qui suivent.

La Xylocopa violacea : abeille charpentière

Elle se réveille également très tôt dans la saison. On la reconnaît à son corps massif, noir bleuté. Elle pollinise les arbres fruitiers, les légumes mais également les arbustes.

L’andrène, abeille terricole

Toutes les abeilles ne nichent pas en aérien. Certaines habitent… dans la terre ! Sans être organisées en ruche, elles vivent en communauté souterraine, comme un petit village où chacune aurait sa maison. Un « tapis d’abeilles » (c’est le terme officiel) peut rassembler plus de 1000 individus sur un mètre carré ! C’est très impressionnant, mais inoffensif. Elles sortent en avril quand les températures se radoucissent et vivent jusqu’à juin.

Quel est leur rôle dans la pollinisation ?

Elles contribuent tout autant que leurs consœurs à la pollinisation, et sont libres de tout engagement : elles ne sont pas élevées par des agriculteurs pour produire le miel (comme les abeilles dites « domestiques », Apis mellifera).

Certaines fleurs ne sont pollinisées que par les abeilles solitaires, par exemple, l’orchidée ophrys abeille qui n’est fécondée que par l’eucère, une abeille à longues antennes qui est la seule à se laisser duper par la ressemblance de la fleur avec une abeille.

Elles ont un rôle complémentaire aux abeilles domestiques.

En quelle saison peut-on les croiser ?

Elles butinent dès le mois de mars (et permettent donc la pollinisation des arbres fruitiers) car elles supportent mieux les basses températures. Le gros de leur travail est fini en mai.

Cependant, certaines races d’abeilles solitaires se regroupes sous forme d’essaim pour les Andrena et Colletes) pour se reproduire. Cette période dure quelques semaines au printemps. Le plus simple est alors de les laisser tranquilles !

Les abeilles solitaires sont-elles dangereuses ?

Non, comme leurs cousines, les abeilles solitaires n’attaquent que lorsqu’elles sont agressées.

Si l’on devait décrire leur personnalité (au risque d’être anthropomorphique) les solitaires sont même plus sympathiques et plus peureuses.

À lire aussi :  Pourquoi acheter un transat en bois de jardin ?

Il faut plutôt les voir comme des mères célibataires de famille nombreuses, qui font des aller-retour pour butiner et nourrir leur progéniture jusqu’à ce qu’elle sont indépendante… pas le genre à vous chercher des noises !

Elles n’ont pas d’esprit de ruche, elles n’ont donc pas d’instinct de sacrifice pour protéger la ruche, l’essaim ou le miel.

En outre, le dard des abeilles reste dans le peau lorsqu’elles piquent, arrachant une partie de l’abdomen et entraînant en général leur mort quelques heures plus tard. C’est pourquoi une abeille solitaire n’attaquera jamais spontanément : ce serait mettre en péril sa lignée dont elle est la seule à s’occuper.

Pour les abeilles solitaires, la sélection naturelle fait son travail et réduit les chances de survie des abeilles les plus agressives… Ce ne sont pas des guêpes !

Produisent-elles du miel ?

Non… Contrairement à l’abeille domestique, leur principale activité est de construire un nid, d’y pondre, d’aller chercher du nectar et de stocker de la nourriture pour les larves. Chaque grain de pollen est destiné aux larves.

Quel est le cycle de vie de l’abeille solitaire ?

L’abeille solitaire cherche des petites cavités pour pondre leurs œufs. Ce peut être de petites galeries formées par une cheville dans une poutre, un trou dans du bois mort, des trous d’aération de fenêtre… Certaines espèces sont capables de creuser elles-mêmes leurs nids, dans le sol, le bois tendre.

Une fois la galerie repérée ou creusée pour la nidification, l’abeille solitaire y pond une petite dizaine d’œufs. Pour chaque œuf, elle dépose du pollen, de petits insectes et autres nourritures pour les futures larves, puis elle colmate le trou pour créer une loge fermée avant de pondre un autre œuf, et ainsi de suite le long de la galerie. On ne voit en général que le dernier « bouchon », mais il cache un véritable hôtel !

Cet hôtel passera tout l’hiver fermé, puis, au printemps suivant, les abeilles auront terminé leur développement larvaire et seront prêtes à sortir.

La valeureuse abeille qui a pondu ne verra donc jamais ses enfants voler… Une abeille solitaire femelle vit en général 2 à 10 semaines, et un mâle (équivalent du bourdon chez les domestiques)… moins d’une semaine.

L’abeille solitaire est une héroïne silencieuse de nos jardins !

L’abeille solitaire porte seule la responsabilité de la survie d’une dizaine de nouvelles abeilles : aidons-là !

Si elle ne produit pas de miel, cela ne signifie pas pour autant que son apport à la nature est nul : on estime à 1,5 milliards d’euros par an la valeur qu’apporte la pollinisation par les insectes… rien que pour la France ! En réalité, le service qu’elles apportent à l’humanité n’est pas quantifiable.

Savez-vous qu’en Chine, en raison d’un épandage majeur de pesticides et d’insecticides, des arbres fruitiers doivent aujourd’hui être fertilisés au pinceau, par des travailleurs agricoles ?

Edit du 30 mars 2019
: merci à Duroc qui, dans les commentaires de l’article, explique qu’il s’agit d’une légende urbaine, ou plutôt d’une mauvaise interprétation d’un fait réel.

La pollinisation manuelle est bien pratiquée sur certains arbres fruitiers de la vallée du Sichuan, mais de façon délibérée, afin de pratiquer la pollinisation croisée entre deux variétés de pommiers et de poiriers auto-incompatibles. Vous pouvez vous reporter à ce texte rédigé par André Fougeroux, membre de l’académie d’agriculture : http://www.forumphyto.fr/wp-content/uploads/2017/02/1702PollinisationManuelleChine.pdf. Merci Duroc d’avoir pris le temps de partager l’information juste. En revanche, les abeilles sont bien menacées par les insecticides et les parasites (acariens).

Comment aider l’abeille solitaire ?

L’hôtel pour abeilles solitaires, un abri accueillant

Ruche à abeilles solitaires et autres insectes
Hôtel à insectes pollinisateurs au milieu d’un parterre fleuri

Qu’est-ce qui attire les abeilles ? Les fleurs bien sûr, mais aussi les abris.
Un hôtel à abeilles solitaires (et autres insectes) permet de leur fournir le cadre idéal pour s’installer. Vous pouvez le fabriquer vous-même ou en acheter un tout prêt.

Parmi les hôtels à insectes, les nichoirs à abeilles solitaires sont spécifiquement adaptés à leurs besoins. L’abri est constitué de cavités creuses de diamètre adapté à la ponte des abeilles solitaires. Les parois des cavités sont lisses (important pour ne pas déchirer leurs ailes) mais en général, les abris accueillent tous les hyménoptères (abeilles, bourdons, guêpes, fourmis…)

Les niches à insectes toutes prêtes

Si vous ne voulez pas le construire vous-même, selon moi, le modèle présentant le meilleur rapport qualité/prix est le suivant :

La ruche à abeilles solitaires Wildlife World

C’est un petit nichoir, construit en bois durable FSC ce nichoir à abeilles solitaires a également des vertus pédagogiques, puisqu’il est formé de réglettes permettant d’observer le travail des abeilles, l’éclosion des œufs et le développement des larves. De quoi ravir les enfants ! (il y a de multiples photos « en action » sur la page Amazon, que je n’ai pas le droit de reposter ici mais vous invite à consulter)

La maisonnette est solide, compacte (imaginez un cube de 20 centimètres de côté), et s’intègre très bien à l’environnement.

L’hôtel grands luxe multi-insectes Relaxdays

Plus grand, ce refuge sur pied mesure 60 cm de haut. Livré déjà garni (morceaux de bois creux, bambou, pomme de pin, copeaux…), ses 6 compartiments accueilleront des insectes variés : abeilles, mais aussi coccinelles, papillons… La version idéale à placer dans un jardin !

Comment attirer les abeilles solitaires ? Où le positionner pour attirer les abeilles ?

Lorsque les abeilles sont à la recherche d’un endroit pour pondre, elles fouillent partout !

Il est néanmoins conseillé d’installer votre hôtel à insectes :

  • à environ 1,5 mètre de haut
  • dos au vent
  • à l’abri de la pluie si possible
  • avec la face « entrée » vers le sud ou le sud-ouest

À la bonne saison, les premières abeilles arriveront dans les 24/48 heures. Vous les verrez faire des aller-retours et commencer à remplir quelques compartiments !

Héberger des abeilles solitaires apporte-t-il des nuisances ?

Les abeilles arrivent une à une, et repartent dès que leur tâche est terminée. Quand à l’éclosion, vous ne craignez rien : les abeilles nouvellement nées se contentent de sortir et de faire votre vie ailleurs.

Vous ne risquez pas d’avoir une ruche, ni une colonie entière d’abeilles « Tanguy » qui n’osent quitter le domicile !

Un abri pour abeilles permet justement de diminuer les nuisances !

Face à la diminution de leurs habitats préférés, les abeilles se tournent vers des alternatives moins heureuses :

  • trous d’aération de fenêtre
  • bois tendre d’une maison
  • trous de chevilles (comme cela a été mon cas)
  • mobilier de jardin
  • prises électriques !

Leur proposer un habitat adapté, c’est aussi leur donner la possibilité de vous laisser tranquille !

En conclusion

Les abeilles solitaires ne produisent pas de miel. Les agriculteurs ont peu d’incitation à les aider. Elles voient leur habitat naturel se raréfier mais jouent pourtant un rôle crucial dans la pollinisation et la biodiversité.

Si vous avez la place d’installer une maison à insectes dans le jardin, n’hésitez pas une seconde !

Voici une sélection des modèles les plus populaires actuellement :

Pour aller plus loin…

Devenez osmiculteur amateur

Allez visiter le site génial http://www.abeillessauvages.com/, qui m’a permet d’en savoir davantage sur cette abeille qui a colonisé un jour un trou de cheville dans mon mur.
Après l’installation de votre premier abri, vous aurez forcément envie de devenir Osmiculteur (éleveur d’abeilles sauvages) et participer au repeuplement des populations d’abeilles solitaires en veillant à l’accueil, la santé et le bon développement de vos hôtes.

Recensez la population d’abeilles solitaires

L’Observatoire Agricole de la Biodiversité (OAB) est une initiative du Ministère en charge de l’Agriculture, dont la coordination scientifique est confiée au Muséum national d’Histoire naturelle, est intéressé par vos abeilles ! Un protocole vous permet de recenser la population que vous hébergez. Cela se passe ici : http://observatoire-agricole-biodiversite.fr/participer/les-protocoles/nichoirs-pollinisateurs

Suivez le guide du ministère

Le Ministère de la transition écologique et solidaire a publié un joli guide sur les pollinisateurs et mellifères : ouvrières, bourdons mais aussi guêpes diverses n’auront plus de secret pour vous !

Lisez l’ouvrage de Sébastien Levret « Hôtels à insectes et ruches »

Sébastien Levret fabrique des nichoirs à insectes artisanaux. Ses créations sont utilisées aux quatre coins de la France. Son ouvrage, « Hôtels à insectes et ruches », parle des insectes du jardin : comment les reconnaître, les attirer, les héberger…

Vous aimerez aussi...

18 réflexions sur “Et si vous hébergiez des abeilles solitaires ?

  • 29 mars 2019 à 14 h 45 min
    Permalien

    Votre article est intéressant, en revanche , une phrase est fausse dans votre analyse de l’impact des pesticides en Chine ! Cette information qui perdure est un mensonge , l’utilisation massive de variétés de pommiers et de poiriers non autofertiles est a l’origine de la pollinisation a la main , pas les pesticides ! Voici la source d’un membre de l’académie d’agriculture vous permettant de vérifier mes propos !
    http://www.forumphyto.fr/wp-content/uploads/2017/02/1702PollinisationManuelleChine.pdf
    J’espere que vous tiendrez compte de ces remarques pour proposer une information factuelle a vos lecteurs

    Répondre
    • 29 mars 2019 à 14 h 46 min
      Permalien

      Merci Yann pour cette correction et pour la source.
      Je vais lire le document et corriger l’article dans l’après-midi.

      Très bon week-end à vous,
      Hannibal

      Répondre
  • 1 avril 2019 à 21 h 29 min
    Permalien

    J’ai acheté une ruche Wildlife World Ruche pour Abeilles Solitaires Interactive. J’observe tous les jours l’obstruction des galeries. Fascinant ! Il y a actuellement 4 petites abeilles orphelines. Que dois je faire après la finition du macçonnage des trous ? Merci pour votre reponse. Bien cordialement.

    Répondre
    • 3 avril 2019 à 14 h 55 min
      Permalien

      Bonjour,

      Vous n’avez rien à faire. Si l’abeille a colmaté son tunnel, c’est qu’elle a pondu dedans. Elle est sans doute morte avec le sentiment du devoir accompli.

      A l’intérieur des trous, les oeufs ont éclos, les larves sont sorties et ont construit le cocon dans lequel elles ont passé l’hiver. Au printemps, les abeilles sortiront toutes seules le moment venu : vous n’avez rien à faire !

      Répondre
  • 20 mars 2020 à 22 h 16 min
    Permalien

    Bonjour
    Je suis dans le même cas que vous. Nous venons d’observer une abeille rouge sortir et rentrer dans un trou de cheville sur le rebord de notre fenêtre.
    On déménage dans quelques mois, peut-on la laisser ou doit-on la faire partir ?
    Je n’ai pas très bien compris la temporalité : en mars elle construit son nid pour l’hiver ou ce sont les petites qui sortent ?
    Merci pour votre réponse !

    Répondre
    • 21 mars 2020 à 10 h 47 min
      Permalien

      Bonjour,
      Vous pouvez la laisser sans souci, elle ne causera pas de danger.

      La chronologie :
      En mars, dès les premiers beaux jours, ce sont les mâles qui sortent en premier pour chercher des femelles à féconder. Ils n’ont pas de dard et sont totalement inoffensifs envers les humains tant ils sont occupés à leur tâche (ils ne vivent que 2-3 semaines). En revanche, ils se « bousculent » entre mâles car la concurrence est féroce.
      Les femelles sortent un peu plus tard et rencontrent un mâle. Une fois fécondées, elles cherchent un nid et le préparent tout au long du printemps et de l’été (nourriture + oeufs) avant de le refermer avec un bouchon et de mourir.
      Dans votre cas, il est peut-être un peu tôt pour que ce soit une femelle à l’oeuvre dans son nid, mais s’il y a des allées/venues, qui sait…

      Vérifiez juste que ce n’est pas une abeille charpentière (qui creuse dans le bois), mais si elle s’est installée dans un trou de cheville, c’est qu’elle est incapable de creuser des trous elle-même, et donc qu’elle ne causera pas de dommage au bâtiment.

      Dans mon cas, le trou de cheville qui était en activité au printemps dernier est vide cette année.

      Bonne journée
      Hannibal

      Répondre
  • 28 mars 2020 à 17 h 33 min
    Permalien

    Bonjour,
    Une abeille solitaire a profité de notre confinement avec porte ouverte (car il fait très beau dans le Sud pour le moment) pour s’installer dans un trou sous notre table à café du salon. Elle fait des aller-retours avec du pollen et des petits bouts de terre.
    Si on l’empêche de rentrer pour finir son oeuvre, que va t’il se passer ? Combien de temps peut durer la ponte, apport de pollen et fermeture avec boue ? Combien peut il y avoir d’oeufs dans le trou ? Et surtout combien de temps faut il pour qu’ils grandissent et naissent ?
    Je n’ose pas l’en empêcher, mais l’idée d’avoir plein d’abeilles qui en sortent d’ici un certain temps ne m’enchante guère plus ! Et je ne veux pas non plus les tuer car je sais qu’ils sont utiles.
    Merci de vos conseils !

    Répondre
    • 13 avril 2020 à 9 h 17 min
      Permalien

      Bonjour,
      Je suis dans le même cas que vous. Confinement, beaux jours, ouverture de fenêtre… La mienne s’est installée à l’intérieur du bas de la fenêtre de ma chambre . Je l’ai vue faire des allers retours avec de la terre et du pollen, les 2 trous sont maintenant bouchés. Je me demande ce qu’il va se passer à l’eclosion et surtout dans combien de temps !

      Répondre
      • 25 avril 2020 à 5 h 49 min
        Permalien

        Bonjour,
        Je rencontre le même problème depuis mars,une abeille solitaire a élu domicile dans un trou d aeration de fenêtre .Phobique de tout insectes volant ou ramoanr et ayant un enfant qui joue enormement dans le balcon,je souhaite m’en débarasser sans pour autant la tuer.Mon mari a boucher avec du chaterton les trous d aeration le jour où nous avons remarqué ses allers retours Elle a cessé de venir mais est revenue une fois le scotch enlevé environ 3 semaines apres et continue désormais ses allers retours ,je n ose plus sortir au balcon ni même ouvrir grand la fenêtre même si elle ne représente clairement aucun danger,avoir des larves tout pres ne m enchante pas du tout.Que dois je faire pour m en débarasser s’il vous plait? Merci d’avance pour votre aide

        Répondre
  • 25 avril 2020 à 18 h 08 min
    Permalien

    Bonjour,
    J’ai une étagère sur mon balcon, avec une centaine de trou pour regler la hauteurs, et environ 4 abeilles sont là, et bouchent les trous les uns après les autres. J’aimerais savoir ce à quoi je doit m’attendre, parceque je ne voudrais pas les tuer, ni avoir une colonies sur mon balcon (j’ai un petit garcon qui y est trés souvent…). Merci d’avance !

    Répondre
  • 2 mai 2020 à 21 h 48 min
    Permalien

    Bonjour,
    Jai fait des nichoirs a abeilles solitaires en creusant des trous dans des buchettes de bois. Les trous ont étés tous bouchés, jaimerais savoir si je peux réutiliser ces nichoirs aprés l éclosion en les nettoyant et si oui comment. En vous remerciant de votre réponse

    Répondre
    • 3 mai 2020 à 9 h 34 min
      Permalien

      Oui bien sûr, dès qu’ils seront vides vous pourrez les réutiliser, même pas besoin de les nettoyer : la nature sait gérer ça !
      Certaines abeilles solitaires réutilisent leur lieu de naissance pour nicher, je pense que vous n’avez rien à faire.
      Bonne journée !
      Hannibal

      Répondre
  • 13 septembre 2020 à 14 h 08 min
    Permalien

    Bonjour
    Des centaines d’abeilles solitaires tournent autour d’un coin de ma pelouse. Certaines entrent dans des petits trous. Comment les attirer vers leur hôtel ?

    Répondre
  • 22 février 2021 à 20 h 41 min
    Permalien

    Bonjour,
    Je suis a la recherche d’un information que je ne trouve sur aucun site. Combien de temps est la « gestation » des abeilles solitaires.
    Nous avons acheté une maison pour abeilles solitaires au printemps 2020, des abeilles sont venu et une dizaine de trous sont bouchés.
    Nous somme bientôt au printemps 2021 et les trous ne sont toujours pas ouvert.
    Je me demande combien de temps il faut attendre pour qu’elle sorte. 1 an de gestation me semble long pour une petite abeilles.

    Merci

    Répondre
  • 31 mars 2021 à 0 h 41 min
    Permalien

    J’ai beaucoup appris sur les insectes et leurs culture.Quelles sont utile et qu’il faut les protéger.Je vais tout faire pour leurs donner un abris, un hôtel pour insectes.

    Répondre
  • 28 juillet 2021 à 6 h 20 min
    Permalien

    Bonjour. Voilà 4 ans qu’une abeille solitaire squatte un trou dans le mur de mon balcon. J’adore suivre l’évolution de cette petite bête. Au début j’avais peur qu’elle nous construise une ruche entière et en me renseignant, j’ai découvert que c’était une solitaire. Nous allons bientôt déménager. Je suppose qu’il n’y a pas de moyen de déménager l’abeille ? Oui je me doute que c’est une question étrange.. Mais je suppose que les prochains occupants du logement ne vont pas apprécier la tâche marron sur le mur blanc… Et donc risque de détruire l’habitat et son habitante. Et j’avoue que cela m’embête car c’est vraiment merveilleux de voir évoluer cette petite bête et ses filles, années après années…

    Répondre
    • 28 juillet 2021 à 9 h 39 min
      Permalien

      Hélas, comme vous vous en doutez, il est impossible de déplacer l’abeille…
      Le mieux que vous puissiez faire, c’est de sensibiliser les prochains occupants et de leur dire qu’elle n’est pas dangereuse…

      Répondre
  • 26 avril 2022 à 19 h 50 min
    Permalien

    Bonjour
    Depuis deux printemps j’ai des abeilles solitaires qui viennent faire leurs nids dans les trous d’une étagères sur mon balcon et cela ne me dérange pas au contraire !
    J’ai même ajouter un petit hôtel en plus
    J’ai une question en espérant qu’elle n’a pas déjà été posée
    Que dois-je faire au début du printemps suivant quand je nettoie mon balcon en vue des beaux jours
    Dois je nettoyer les trous si ils sont bouchés encore ?
    Merci d’avance
    Et merci pour cet article qui m’aide à mieux les connaître
    Laure

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.