Dormir tous les jours dans un hamac

Pourquoi dormir quotidiennement dans un hamac ?

J’ai beau m’appeler Hannibal, frugal et spartiate, j’attache quand même de l’importance à l’endroit où je dors.

Faire une sieste dans un hamac, avec plaisir, mais… dormir tous les jours dans un hamac, est-ce raisonnable ? Est-ce dangereux pour la santé ? Pour le dos ?

Peinture de Courbet : le rêve, représentant une femme dans un hamac

Gustave Courbet, le rêve (le hamac)

Le hamac, meilleur pour le sommeil et la santé

 Un hamac, ça berce

Et se faire bercer avant de s’endormir, c’est bon pour la qualité du sommeil !

Se faire bercer améliore réduit la durée d’endormissement et permet d’arriver plus rapidement et de passer plus longtemps dans les phases N2 (sommeil léger) et N3 (sommeil profond). Ce n’est pas moi qui le dis, c’est une étude du département de Neurosciences de l’Université de Genève :
Rocking synchronizes brain waves during a short nap, Bayer, Laurence et al.,Current Biology , Volume 21 , Issue 12 , R461 – R462.

Les effets du bercement pendant la sieste

C’est clair, non ? Je ne vous rappelle pas non plus le lien entre la qualité du sommeil et les capacités de mémorisation… Dormir dans un hamac rend intelligent, c’est scientifiquement prouvé.

C’est moins de maux de dos

Eh bien, le hamac est meilleur pour le dos qu’un matelas ! Le maintien est porté par tout le corps. Le cou est aussi mieux positionné qu’avec un oreiller sur une surface plane : le hamac est en trois dimensions, on a davantage de choix dans les positions qu’avec un lit en deux dimensions.

Moins de transpiration

C’est un effet logique de l’aération : il laisse passer l’air et évite donc une transpiratin excessive. C’est un peu la face été de votre matelas (que vous avez encore oublié de retourner, je parie ?) mais en réellement efficace.

En hiver ? Eh bien, une couverture et on en parle plus. Le hamac remplace le matelas, pas toute la literie.

Moins d’acariens et d’allergies

Un hamac, c’est aussi moins d’allergies, puisqu’on ne dort pas en plein sur un élevage d’acariens qui festoyent de nos peaux mortes et se reproduisent dans l’atmosphère chaude et humide créée par notre corps.

C’est plus d’espace libre chez soi

Un lit prend de la place. On le voit bien lorsqu’on déménage, c’est l’un des objets les plus problématiques. Quand on y réfléchit, c’est ridicule. Toute cette industrie du lit, du matelas (probablement importé de Sqornshellous Zeta), alors qu’il suffit de s’accrocher pour s’isoler du sol…

Vos draps ne sèchent pas tout seuls : le séchoir prend de la place et rajoute de l’humidité dans la maison (si vous avez un sèche linge, ce n’est pas très frugal !).

Bref, un hamac vous fera gagner de la place.

C’est la classe

Eh oui, ca donne une sacrée classe d’avoir un hamac au milieu de sa chambre à coucher. Bon, être Natalie Dormer dans un hamac en toile aussi.

The Principia of Natalie Dormer from Chris Floyd on Vimeo.

Pourquoi c’est frugal ?

En investissant dans un hamac, on économise :

  • le matelas et le sommier
  • le linge de lit (vous pouvez tout de même prévoir une couverture et un oreiller au cas où)
  • de l’espace (imaginez que votre lit paye un loyer…)
  • des frais récurrents : lessive des draps, changement de matelas et de sommier…

C’est donc un parfait investisement frugal, qui économise (ou rapporte, selon le point de vue) plusieurs fois son prix chaque année.

Votre hamac vous fera gagner du temps, de l’argent, du sommeil, de la santé…

Le hamac dans la culture occidentale

Chez nous le hamac, c’est quoi ? Synonyme de vacances, de sieste au soleil, de trek en Amazonie, ou de marin qui dort dans la cale du navire.

Il faut reconnaître que c’est assez difficile de se trimbaler avec un matelas gonflable (et un matelas tout court aussi, a fortiori) sur une plage ou dans un bateau : le hamac est dans la culture occidentale uniquement un lit d’appoint lorsque l’on veut s’isoler du sol.

Pourtant, des dizaines de millions de personnes quotidiennement dans un hamac et ce n’est pas forcément faute de mieux…

La réécriture de l’histoire américaine dit que le hamac a été inventé par les Mayas et importé par Christophe Colomb. Des gravures relatent de façon « poétique » cette rencontre :

C. Colomb découvre le hamac

Rien ne vous choque dans cette gravure ? A part l’indigène à poil, le chien-fourmillier et les bateaux qui ont la taille d’une maquette, rien à redire niveau hamac ?

Bon, à la fin de l’article, lorsque vous serez devenu expert en hamacologie, vous comprendrez.

Comment réussir à dormir dans un hamac sans tomber

Bon, faut avouer que c’est casse-gueule, non ?

Le hamac serait-il en réalité un piège, malgré ses bénéfices indéniables pour la santé, la frugalité ? Un vulgaire paquet de chewing gum tapette de farces et attrapes ?

Pourquoi les gens tombent de leur hamac ?

Si vous avez lu les commentaires Youtube (mauvaise habitude en général), vous savez déjà pourquoi.

Eviter les hamacs à barres, ne pas l'attacher trop serré

Comme le fait remarquer Kristin, les modèles européens et américains sont fréquemment en forme de raquette de tennis : un gros filet écarté par deux barres de fois.

Les hamacs à barre, cette abomination

Dans le monde occidental, les hamacs sont souvent les moins pratiques et les moins confortables : les hamacs à barres. Mais ce sont les plus esthétiques au goût de certains…

Le problème, c’est que la nuit vous bougerez, au moins un peu (moins avec un hamac, d’ailleurs). Le but n’est pas que le hamac se retourne et vous projette contre le sol. Or, c’est exactement ainsi que fonctionnent les hamacs à barre, puisque le centre de gravité est maintenu artifciellement haut. Et c’est pas idéal de s’endormir dans la peur de tomber.

Je vous remets la gravure de Christophe Colomb et cette fois, je parie que vous voyez ce qui cloche :

C. Colomb découvre le hamac

Le dessinateur était sans doute un peu dérangé…

Choisir son hamac pour ne pas tomber

Un hamac duquel on ne tombe pas, ça ressemble à ça :

Hamacs surpendus au-dessus des alpes

(Crédits photo : http://galeria.index.hu/kulfold/2014/09/16/nemzetkozi_highline-talalkozo_a_dolomitokban/6, à l’occasion du Festival Highline dans les Dolomites)

Si vous avez le vertige, vous pouvez vous inspirer des expériences de Bibi On The Road ou de The Beauty and the Geek qui indique même très clairement :

de préférence de type brésilien (c’est à dire sans barre en bois qui le maintient ouvert, même si c’est plus joli)

Le secret : l’attacher correctement pour être confortable

Ce n’est pas forcément lié au hamac lui-même, mais plutôt à la tension avec laquelle il est attaché.

S’il est trop serré, trop raide, il créera un cocon serré avec des murs de part et d’autre, ce qui peut donner un sentiment de claustrophobie. L’autre inconvénient, plus physique celui-là, c’est que cela contraint à s’aligner strictement avec l’axe du hamac, empêchant la position diagonale. Enfin, attacher serré fait porter une pression trop élevée aux supports, avec un risque de casse ou d’accident plus élevé.

Un hamac bien attaché doit être assez lâche pour permettre d’adopter des positions diagonales. Relax, quoi.

Choisir la matière de son hamac

En filet : le hamac mexicain

Si le filet vous évoque des rudes cordages qui vous font mener la rude vie d’un matelot du XVe siècle, vous vous trompez.

Les hamacs en filet tissé, originaires du Mexique, sont un peu plus confortables que ceux en toile car leurs mailles extensibles épousent les formes du corps.

En revanche, leurs mailles très serrées peuvent coincer des boutons de vêtement. Ce sont les mieux adaptés pour évacuer la chaleur, et c’est pour cela qu’on les trouve dans les régions les plus chaudes de l’Amérique du Sud.

En toile : le hamac brésilien, colombien, maya…

Ils s’agit plutôt d’une toile en coton tendue. On les trouve au Brésil et en Colombie. Ils sont moins respirants mais peuvent être très colorés et agrémentés de franges et de décorations. On les lave à la main pour éviter d’emmêler toutes les franges !

En toile de parachute

Ils sont en matières « techniques » et particulièrement adaptés au bivouac, au camping, potentiellement avec une moustiquaire intégrée, ou imprégnés de répulsif.

Les occasions idéales pour s’y mettre pour de bon

Vous êtes convaincu, vous souhaitez installer un hamac dans votre chambre pour y dormir chaque soit… Il y a quelques occasions idéales pour cela :

  • vous emménagez et devez meubler votre appartement. C’est l’occasion rêvée d’acheter un hamac à la place d’un lit !
  • vous donnez en location un appartement sur Airbnb. Installer un hamac, c’est l’occasion de donner du cachet à votre location et de vous démarquer ! (n’oubliez pas de donner l’adresse de ce site à votre hôte)
  • vous souhaitez prendre de bonnes habitudes avant la prochaine canicule car tôt ou tard on dormira tous dans des hamacs…

Comment choisir son hamac

Commencez par définir :

  • l’usage (remplacement du lit dans la chambre, mais également les utilisations plus traditionnelles que sont le camping et le jardin)
  • le type de hamac (filet, toile, « tissu technique »)
  • le style que vous cherchez (artisanal maya, moderne…)
  • la taille (simple, double, ou enfant)

Ensuite, il va falloir naviguer entre toutes les propositions pour trouver le meilleur hamac, ou plutôt le meilleur pour vous. Je vous prépare une récap, avec un comparatif des fabriquants, les modèles, les distributeurs, les aspects écolo et écono, bref tout ça.

Parce qu’entre l’industriel made in China ou tissé à la main au Brésil il y a un gouffre.

Mais d’abord, une petite sieste

2 réflexions sur “Dormir tous les jours dans un hamac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *